18/01/2017

De choses et d'autres : Empreintes empruntées

empreintes,digitales,vol,fraude

Ceci est une étude scientifique. Pas du tout un manuel pour les fraudeurs du futur. Selon le site Channel NewAsia, des chercheurs japonais ont prouvé qu’il était possible, avec des photos récupérées sur des réseaux sociaux, d’imiter les empreintes digitales. Ils ont utilisé des clichés où les cobayes font le classique signe de victoire de l’index et du majeur pointés vers le ciel. En agrandissant au maximum, les empreintes digitales deviennent parfaitement visibles.

Logique quand on sait que les nouveaux smartphones sont dotés de capteurs offrant des résolutions de plusieurs millions de pixels. Soit une définition largement suffisante pour reproduire la centaine de lignes spécifiques à chaque doigt. D’autant que les systèmes de reconnaissance comme celui utilisé dans les passeports biométriques n’en utilisent qu’une dizaine. Mais pour quoi faire ? Tout simplement prendre possession de votre vie si vous faites partie des hyperconnectés. Depuis quelque temps, mieux qu’un code à quatre chiffres, la reconnaissance digitale permet de dé- verrouiller un téléphone. Bientôt vous démarrerez votre voiture, ouvrirez la porte de votre appartement voire retirerez de l’argent au distributeur.

Vous comprenez maintenant l’utilité des recherches japonaises. Alors désormais, quand vous publierez sur votre mur Facebook un selfie où vous faites le signe de la victoire car vous êtes fun et djeun’s, dites-vous que ce « V » signifie également : « Venez Voleurs ! » 

04/10/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Kim, une dernière couche

kim kardashian, bijoux, bague, vol, braquage, paris

 Vous en avez avalé toute la journée d'hier à la radio puis à la télévision, et ce matin dans les pages "Société" de l'Indépendant. Pour une fois, je suis bien content d'être placé en dernière page du journal pour vous causer une ultime fois de Kim Kardashian et de son magot. La "star" américaine s'est donc fait braquer en pleine nuit à Paris. Envolés les bijoux. On ne devrait pas en rire, mais pour une fois qu'il arrive quelque chose de non scénarisé à l'avance à cette experte en médiatisation, elle devrait être contente. Toute la popularité de la famille Kardashian tient à cette propension à interpréter des rôles, supposés réels, mais qui en vérité sont des compositions. Un petit talent d'actrice pour Kim, quelques implants, des poses osées et des robes carrément indécentes suffisent à la transformer en bête de foire planétaire. Avec ses 84 millions d'abonnés à Instagram, 48 à Twitter et 29 à Facebook, elle s'est transformée en gondole publicitaire. Elle monnaye son image avec une rare efficacité. Ce qui a peut-être tenté les voleurs. Quelle idée de poser si fièrement avec sa bague de 4 millions au doigt ? Une fois sur place, les braqueurs ne se sont pas demandés longtemps ce qu'ils devaient emporter.

Ils ont également dérobé deux téléphones portables à la pauvre Kim. J'imagine tous les trésors enfermés dans les entrailles numériques des appareils. Selfies, numéros privés, conversations enregistrées, petites vidéos... Certes, on pourrait apparenter leur avidité à du recel, mais les rédactions des journaux people du monde entier sont déjà sur les dents.

05/06/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Le coup de la serviette

Les apparences sont trompeuses. Nous en avons fait les frais, mon épouse et moi, au second jour de notre escapade dans ce même hôtel quatre étoiles de la Costa Brava dont je vous parle depuis lundi. Principal motif de notre choix : la possibilité de profiter d'un sauna. Rien de tel pour éliminer toxines et fatigue récurrente qu'un séjour de 15 minutes dans une pièce à 70 °C. On en sort totalement détendu, comme débarrassé du stress accumulé depuis des mois.

Celui de l'hôtel est installé à côté des vestiaires de la piscine couverte. Mon épouse sort la première. Pose sa serviette sur un banc et s'apprête à entrer dans la douche. Arrive un jeune couple avec une fillette de moins de deux ans. Indécrottable, ma femme fait une risette à l'enfant qui lui retourne le sourire. La maman aussi. Je vois la scène de loin, derrière le brouillard formé par ma transpiration aussi intense qu'un arrosage automatique...

Ma femme sort de la douche... Sa superbe serviette Speedo bleue posée sur le banc a disparu. Pour moi, seule explication possible : le couple l'a emportée par inadvertance. "Impossible, réplique mon épouse. Je l'ai mise au bout du banc quand ils sont entrés, très loin de leurs affaires". Et elle pénètre d'un pas décidé dans l'enceinte de la piscine couverte.

Craignant le pire, je jette un œil persuadé de voir le bassin se remplir de sang (faut pas trop énerver ma femme...). Ouf, elle a récupéré sa serviette, effectivement bien planquée, et pas par inadvertance, vu la culpabilité affichée sur le visage de la maman kleptomane. Voler les serviettes de l'hôtel, je veux bien, mais pas touche à celles des clients !

À suivre.

16:11 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : espagne, hotel, serviette, vol

08/02/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Le sang d'un saint

Les voies du Seigneur sont impénétrables. Celles des voleurs aussi. Il y a quelques jours, émoi chez les paroissiens de la petite chapelle de San Piero della lenca dans les Abruzzes. L'édifice, isolé, est retrouvé vide. Des malotrus ont dérobé une croix et un ostensoir.

Un larcin qui n'aurait pas mobilisé nombre de carabiniers s'il n'y avait pas également eu dans le butin un reliquaire de la plus haute importance. Les mécréants, ignorants de surcroît, jettent à la poubelle ce qu'ils prennent pour un bête chiffon. En fait, ce bout de tissu sale est imbibé du sang de Jean-Paul II. Rapidement les voleurs incultes sont retrouvés et la relique, bien qu'abîmée, remise en état. Aucune précision n'a filtré sur les dégâts occasionnés. Le pire de tout aurait été que les voleurs lavent le tissu. Avec un de ces produits spécialisé pour enlever les taches tenaces.  

Questions : le sang d'un saint (d'un futur saint exactement, la cérémonie de canonisation n'a lieu que le 27 avril 2014, dimanche de la divine Miséricorde) résiste-t-il à ces produits ? Si oui, peut-on parler d'un nouveau miracle ? Si non, faut-il accorder plus d'importance à un détachant liquide qu'à un saint ? Dans notre société consumériste, va-t-on voir apparaître une nouvelle lessive en concurrence directe avec le Saint-Marc ? La mère Denis est-elle la réincarnation de la Sainte Vierge et Mr Propre celle de Jésus ?

 Mais surtout, et cela mettra un point final à ces interrogations métaphysiques : quel est le sagouin qui a récupéré ce linge imbibé de sang et l'a conservé tel quel sans prendre la peine de le laver ?