27/12/2016

BD : Un «faux» Jeremiah... sans Jeremiah

hermann,yves h,passeur,aire libre,dupuis

Fin janvier, le festival d’Angoulême rend hommage à Hermann couronné Grand Prix en 2016. En plus de la réédition de ses plus grands succès (Bernard Prince, Comanche), le dessinateur belge continue à produire deux albums par an. Infatigable, même s’il n’a plus toute la dextérité de ses meilleures années. S’il poursuit les aventures de Jeremiah en solitaire, ses autres albums « one shot » sont souvent signés de son fils, Yves H. C’est le cas du « Passeur » qui se déroule dans un monde postapocalyptique, très semblable à celui traversé par Jeremiah et Kurdy (ils font même une apparition en début d’histoire). Un couple s’arrête dans une petite ville. Ils ont un plan et de l’argent. Trouvés sur un cadavre. Avec l’espoir de rejoindre le « Paradize », promesse de vie plus douce. Quand ils trouvent enfin le Passeur, ce dernier retient la femme en otage et réclame deux fois plus d’argent. L’homme va se maudire, la femme perdre gros et le Passeur voir la possibilité d’une rédemption. C’est très sombre, pas optimiste pour un sou, parfois un peu compliqué et trop basique dans l’intrigue mais cela reste de la très grande BD par un maître de la couleur directe qui profite de cet album pour faire des expériences entre aquarelle et acrylique.

➤ « Le passeur », Dupuis, 15,50 €

 

30/01/2014

BD : Expérience temporelle dans la Station 16 de Hermann et Yves H.

 

Hermann, yves h, russie, essais nucléaires, zemble, lombard

L'île de Zemble, entre Russie et pôle Nord, est un territoire désert et gelé. Les Soviétiques ont longtemps utilisé ce bout de terre immense comme site pour leurs essais atomiques. C'est là que le 30 octobre 1961 a explosé la Tsar Bomba, la plus puissante jamais conçue, d'une puissance équivalente à 1400 Hiroshima. La BD écrite par Yves H pour son père Hermann débute en 1997. Les sites sont désertés. Il ne reste que quelques soldats pour surveiller les déambulations des ours polaires. Quand ils reçoivent un appel à l'aide d'une station météo désaffectée, ils s'y rendent en hélicoptère. Ils vont alors être pris dans une faille spatio-temporelle causée par les expérimentations nucléaires. Il y a un petit air de « Lost » (3e saison) dans cette histoire complète. Hermann y manie les couleurs avec virtuosité, notamment quand il s'agit de peindre toutes les nuances de la neige.

 

« Station 16 », Le Lombard, 14,45 €

 

20/05/2012

Huis-clos végétal pour Bois-Maury au Yucatan

 

Bois-Maury, Hermann, Yves H, Glénat, Yucatan, conquistadors, indiens

« El senor » Bois-Maury n'en finit plus de saluer ses lecteurs. Cette saga historique imaginée par Hermann s'est arrêtée une première fois. Quelques années plus tard, le dessinateur belge la reprenait avec son fils, Yves H. au scénario. Nouveaux décors, plus de tension et de violence : ce classique de la BD moyenâgeuse a bien évolué depuis les premières planches parues dans le mensuel Vécu. Ce 15e titre voit Bois-Maury au cœur de la forêt vierge du Yucatan. Il accompagne des conquistadores poursuivis par de féroces indiens. Dans cet enfer vert, sur la durée de deux jours, les occidentaux et les « sauvages » vont s'affronter. Bois-Maury est obligé de composer avec les deux camps pour avancer dans sa quête de l'or de la cité perdue. Formidables couleurs, planches muettes où l'action fusent : Hermann, malgré ses « septante » ans révolus, reste un des maîtres du genre.

 

« Bois-Maury », (tome 15), Glénat, 11,50 €

A voir, cette vidéo réalisée par Yves H. montrant la technique de couleur directe utilisée par Hermann. Du très grand art !


 

11/10/2011

Mauvaise nuit pour des cambrioleurs malchanceux : BD violente de Hermann et Yves H.

Hermann, Yves H, Glénat, Une nuit de pleine lune

Hermann, Yves H, Glénat, Une nuit de pleine luneHermann, 73 ans, n'a plus la même souplesse de trait qu'avant, mais reste quand même un des meilleurs dessinateurs réalistes. Le plus typé, certainement. A côté de ses séries régulières (Jeremiah, Bois-Maury...) il a toujours aimé s'accorder des espaces de respiration, des « one-shot » souvent violents et sombres. Depuis quelques années, ces récits sont signés Yves H. , son fils. Avec « Une nuit de pleine lune », Hermann réussit l'exploit de rendre passionnant un scénario tenant en deux lignes : des cambrioleurs s'attaquent à un psychopathe à la retraite. Ce dernier les élimine tous en une nuit... Délaissant la couleur directe, le dessinateur belge a retrouvé toute la puissance du trait noir, au pinceau, pour planter cette ambiance de plus en plus pesante, menaçante, massacrante... Les scènes de nuit, dans la cave, sont les plus noires, dans tous les sens du terme. Pourtant l'horreur finale se déroulera au petit matin, en plein jour, alors qu'un gai soleil semble annoncer une riante journée. Perdu !

« Une nuit de pleine lune », Glénat, 13,50 € (Il existe une édition luxe en noir et blanc à 25 euros)

 

La bande annonce de l'album :

26/09/2008

Pirates à la dérive



Les histoires de pirates sont de nouveau à la mode. Mais ce n'est pas pour surfer sur le phénomène que Hermann et son fils, Yves H, se sont lancés dans la relation des aventures du « diable des sept mers ». Le scénariste avait la volonté de pousser le dessinateur de Jeremiah et de Bernard Prince sur les flots de la mer des Caraïbes depuis qu'il a vu le début du story-board du film « Pirates » de Roman Polanski. Il est vrai que les excès de la piraterie ne pouvaient qu'être magnifiés par le trait d'Hermann. Le premier tome, toujours en couleurs directes, est d'une grande beauté. La couverture suffira pour vous donner envie d'acheter l'album. Et à choisir, ne ratez pas l'édition spéciale (elle vaut 18 euros), avec un cahier graphique d'illustrations inédites. L'histoire débute en Caroline du Sud. Harriett, la fille d'un riche planteur, se marie en cachette avec un petit malfrat, Conrad. Un mariage qui ne durera pas. La colère du patriarche sera tonitruante. En parallèle à ces événements, le fameux pirate surnommé le diable des sept mers terrorise la région. Un album foisonnant, qui se permet même de mélanger les genres avec un soupçon de fantastique.
« Le diable des sept mers » (tome 1), Dupuis, 14 €


06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Hermann, Yves H, Dupuis

28/12/2006

Horrible Dany

medium_Sur_les_traces_de_Dracula_3.jpgTroisième et ultime partie de la série écrite par Yves H. et illustrée par trois auteurs différents. La première, racontant la vie de Vlad Tepes, était signée Hermann, la seconde de Sera et cet ultime chapitre, se déroulant de nos jours, bénéficie du grand talent de Dany. Un dessinateur rare, trop rare. Après Olivier Rameau, BD la plus poétique de tous les temps et « Histoire sans héros », premier succès de Jean Van Hamme, il avait pris l'habitude de surtout distiller son art dans des blagues coquines lui permettant de dessiner ce qui visiblement lui plaît le plus : de charmantes pin-ups en petite tenue. En se lançant dans cet album fantastique, il n'a pas abandonné ses jolies modèles puisque le héros, un dessinateur cherchant l'inspiration en Roumanie, est confronté à trois jeunes femmes gourmandes de son corps, dans tous les sens du terme. Car le héros, en quelques jours de repérages sur les lieux de vie de l'inspirateur de Dracula, va rapidement basculer dans la folie et l'horreur. (Casterman, 13,75 €)

08:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Dany, Yves H, Casterman