10/10/2012

Roman : "Chaos brûlant" dans la tête de DSK

Un fou, accusé par une amie de viol, se retrouve dans la même cellule que Dominique Strauss-Kahn. Rencontre romancée par Stéphane Zagdanski.

 

Zagdanski, DSK, Chaos brûlant, seuil, roman, rentrée littéraireL'affaire DSK, quand elle a éclaté en 2011, a semblé rendre fous les commentateurs. L'énormité de l’événement, la vision du patron du FMI, promis à l’Élysée en 2012, mal rasé, l’œil hagard, menotté, a été un incroyable électrochoc. La folie n'est donc pas absente de ce tremblement de terre médiatique. Tout à été écrit, mais la version, la vision plus exactement, de Stéphane Zagdanski dans « Chaos brûlant » est passionnante et novatrice. Il ne se contente pas des faits. Il raconte le fait divers par l'intermédiaire d'un narrateur qui était aux premières loges.

Sac d'Os est un schizophrène new-yorkais. Accusé de viol par sa petite amie, il est arrêté quasiment au même moment que DSK. Sac d'Os doit son surnom aux tatouages lui recouvrant le corps : un squelette. Quand les policiers l'interrogent, ils ont la bizarre impression de s'adresser à un crâne. L'accusé sait qu'il ne risque rien. Les dénonciations hasardeuses c'est le jeu préféré de sa dulcinée. Dans sa cellule, en attendant d'être relâché, il utilise son don. Il peut lire les pensées de ses voisins. Or, ce jour-là, il est à quelques mètres d’un certain Dominique Strauss-Khan, tout étonné de se retrouver accusé de viol.

 

Joueur d'échecs

Ce roman propose donc une véritable virée dans la tête de DSK. Une façon pour l'auteur d'élaborer une hypothèse crédible. L'homme politique, très porté sur le sexe, a simplement laissé, une nouvelle fois, parler son instinct. En sortant de la douche, il tombe sur cette Africaine. Il ne lui reste que cinq minutes avant d'aller déjeuner avec sa fille, mais cela lui suffira pour arriver à ses fins après avoir ordonné « Suck my dick ! ». La description de la scène est très crue. Le roman est pourtant beaucoup plus que la relation d'une relation... sexuelle. On apprend nombre de détails sur la personnalité de DSK. Un joueur d'échecs brillant. Il a toujours un coup d'avance. Sauf ce samedi à New York. Stéphane Zagdanski profite également de cette affaire pour plonger le lecteur dans le Manhattan Psychiatric Center, repaire de Sac d'Os et de quelques-uns de ses amis aussi détraqués que lui.

 

Remise en cause du « système »

Dans de longs dialogues, que l'on imagine aisément sur scène, ils jugent la société. Et leur folie se transforme en clairvoyance. Par exemple un personnage du roman parle de Twitter : « le triomphe du peu ou prou médisant, le bégaiement délationnel à la portée de tous, l'épieur qui pépie pour ne rien dire, le totalitarisme du cancan fragmentaire, l'hyperbolique redondance du creux. » De la même façon les médias traditionnels, la justice, la politique et autres sujets de société sont passés à la moulinette.

C'est parfois presque un essai tant les exemples sont développés et argumentés. On n'est plus dans un roman de fous, ni dans un fait divers sordide. « Chaos brûlant » est un texte visionnaire sur les maux de l'Humanité. D'un cas précis, connu de tous, Stéphane Zagdanski bouleverse toutes nos certitudes. Impossible de ne pas se remettre en question quand on arrive à la fin de ce pavé digne de mai 68 et de toutes les révolutions.

Michel LITOUT

« Chaos brûlant » de Stéphane Zagdanski, Seuil, 21 €