16/08/2015

BD : Des zombies à la pelle

 

zombies, morts-vivants, nuit, romero, istin, bonetti, vents d'ouest

Jean-Luc Istin, grand spécialiste des légendes celtes, abandonne son terrain de prédilection pour se lancer dans l'adaptation du chef-d'œuvre de Romero, « La nuit des morts-vivants ». Classique du cinéma d'horreur, première apparition des zombies, la BD ne garde que la trame du long-métrage. Du jour au lendemain, les morts se relèvent et attaquent les vivants. Quelques rescapés tentent de survivre. Istin a imaginé en fil rouge la tentative de réunification d'une famille séparée. D'un côté le mari et ses deux enfants, dans une grande ville de l'est des USA, de l'autre la mère, bloquée dans un hôtel isolé dans la montagne. La seconde partie est plus angoissante. Pendant que des hordes de zombies tentent de pénétrer dans le bâtiment, les quelques réfugiés s'observent. Lizbeth, la plus normale, prend d'énormes risques pour lancer le groupe électrogène. A l'intérieur le directeur de l'hôtel, fou mégalomane, s'amuse avec son fusil alors que Mandy, psychopathe échappée d'un asile, entend des voix qui lui ordonnent de tuer tout ce qui bouge autour d'elle. Bonetti, au dessin, parvient à distiller une ambiance trouble et inquiétante. Vous n'avez pas fini de faire des cauchemars...

 

« La nuit des morts-vivants » (tome 2), Vents d'Ouest, 14,50 €

 

19/05/2015

DE CHOSES ET D'AUTRES : Les zombies de Facebook

zombies, apocalypse, facebook

Preuve que nos amis les zombies envisagent sous peu la conquête du monde, ils amorcent leurs entrées sur Facebook. À l'instar de cette petite application qui détermine "Où et quand mourrez-vous dans une apocalypse de Zombie ?" Seules infos indispensables : vos profil Facebook et lieu d'habitation. Ainsi j'apprends qu'en cas d'épidémie, je survivrai exactement 18 jours. Ensuite je boulotterai du cerveau au cimetière du père Lachaise. Dernière indication qui donne froid dans le dos : "votre erreur : des lacets dénoués". Si je n'ai jamais mis les pieds au Père Lachaise, j'ai effectivement la mauvaise habitude de lacer mes chaussures à l'emporte-pièce. Désormais, je ferai plus attention.

À certains de mes amis, l'algorithme mystérieux a accordé six mois de survie. Cependant leur erreur "une bonne gueule de bois" ou "une pointe de côté après 15 minutes de sprint" leur vaut une transformation dans la Creuse.

Au-delà du gadget, ce site permet de réfléchir à notre réaction en cas d'événement extraordinaire. Je l'admets, une invasion zombie semble peu crédible, mais une catastrophe nucléaire, un tremblement de terre ou une épidémie d'une grippe porcine retorse ne peuvent être totalement exclus du champ des probabilités. Et l'alibi-zombie permet de nous interroger sur notre attitude. La fuite éperdue ? Le retranchement dans un abri ? Le courage et l'affrontement ? Le suicide ? Autant de possibilités difficiles à pronostiquer.

Une seule certitude : "Quand arrive le zombie, compte tes abattis".

03/05/2015

BD : Monstrueux et fantastiques

Des avocats chargés de défendre des monstres et autres goules, une Europe entièrement peuplée de zombies et un vampire dans le ciel de New York : ces trois BD fantastiques sont des modèles du genre.

avocats surnaturels, batton lash, fluide glacial, zombies, macan, kordey, delcourt, vestiges de l'aube, peynet, dargaud, le tendre, kharaLe cabinet d'avocats Wolff & Byrd s'est spécialisé dans les procès hors normes. Exactement ce sont ses clients qui sortent de l'ordinaire. Alanna Wolff et Jeff Byrd sont « Les avocats du surnaturel ». Ils défendent vampire, loup-garou et ce genre d'abominations. Ce comics américain imaginé par Batton Lash rencontre un beau succès depuis le début des années 80. Une première salve d'histoires complètes est enfin traduite dans ce recueil de 100 pages. On croise un homme qui défie les lois de la pesanteur, une maison hantée (uniquement les nuits de pleine lune,) ou un présentateur de show télévisé d'horreur sur le retour. Un dessin simple et efficace et surtout un ton résolument décalé donne une saveur particulière à cette série qui surfe entre humour et horreur.

avocats surnaturels, batton lash, fluide glacial, zombies, macan, kordey, delcourt, vestiges de l'aube, peynet, dargaud, le tendre, kharaDes zombies, il y en a en très grande quantité dans le premier tome de « Nous, les morts », série écrite par Darko Macan et dessinée par Igor Kordey. Le récit débute au XVIe siècle. La peste fait des ravages sur le continent européen. Une maladie qui mute et touche la totalité de la population. Fin de l'Humanité ? Sous cette forme, oui. Mais les morts se relèvent et continuent d'exister sous forme de zombies. Conséquence, l'Amérique n'est pas découverte, les Incas développent leur civilisation et asservissent les autres peuples. Les auteurs imaginent une conquête à rebours. Les vaisseaux incas traversent l'Océan et découvrent cette contrée maudite. Prévue en quatre tomes, cette série est particulièrement violente. Les zombies européens massacrent tout ce qui est encore vivant, mais les Incas, qui ont élevé le sacrifice humain au rang d'art de vivre, supportent la comparaison.

avocats surnaturels, batton lash, fluide glacial, zombies, macan, kordey, delcourt, vestiges de l'aube, peynet, dargaud, le tendre, kharaPour terminer ce tour d'horizon abominable, un petite dose de vampire s'impose. « Les vestiges de l'aube », roman de David S. Khara, adapté par Serge Le Tendre et mis en images par Frédéric Peynet se déroule à New York de nos jours. Un jeune policier, Barry Donovan, enquête sur une série de meurtres d'hommes d'affaires. Il pense avoir découvert le commanditaire grâce à la collaboration de Werner von Lowinsky, une connaissance rencontrée sur internet. Mais Werner est bien plus que cela. Ce vampire vit à New York depuis la guerre de Sécession. Il n'a plus de famille, ni d'ami. Si ce n'est Barry. Alors quand le policier est en danger, il intervient. Radicalement. L'histoire (qui a un peu des airs de True Blood, la série télé, par certains aspects) est un peu trop classique. Mais les dessins de Peynet sont remarquables de précision et on a envie de connaître la suite des relations entre le jeune policier et le vieux vampire.

 

« Les avocats du surnaturel » (tome 1), Fluide Glacial, 17 euros

« Nous, les morts » (tome 1), Delcourt, 14,95 euros

 

« Les vestiges de l'aube » (tome 2), Dargaud, 13,99 euros

 

25/02/2015

DE CHOSES ET D'AUTRES : The Walking Gay

walking dead, in the flesh, zombies, homosexuelsGrosse polémique dans le milieu des passionnés de série télé. En cause, une scène pleine de tendresse dans l'épisode 11 de la saison 5 de "The Walking Dead", la série emblématique sur les zombies.

Diffusé aux USA le 22 février et dès le lendemain sur OCS Choc, ce baiser a provoqué quantité de réactions sur les réseaux sociaux. Trop gentil pour une série d'horreur ? Pas du tout. Le problème, pour quelques fans, c'est que ledit bisou met en scène un couple d'homosexuels. Et les homophobes (certains amateurs d'horreur le sont aussi, la bêtise n'est malheureusement pas sélective), de sortir du bois en se lamentant de voir des gays partout... même dans "The Walking Dead". Comme si dégommer du mort-vivant était réservé aux hétéros... Adaptée d'une BD publiée chez Delcourt, la série télé reste cependant fidèle à l'histoire originale imaginée par Kirkman et Adlard.

 

 

Cette thématique du zombie gay ressort en filigrane d'une autre série, anglaise cette fois. "In the flesh", diffusée sur Jimmy, raconte le retour à la maison de décédés ressuscités rendus dociles grâce à un traitement médical (un comble pour un mort. Le personnage principal, Kieren Walker, jeune adulte, s'était suicidé quelques jours avant la grande résurrection.

 

 

Ce n'est jamais dit clairement (et pourtant nous ne sommes pas chez les prudes Américains), mais il a mis fin à ses jours après le départ à l'armée de son meilleur ami, Rick, comme s'il était incapable de survivre à ce chagrin d'amour.

Une situation autrement plus subversive que le petit baiser de Walking Dead.

31/01/2015

DE CHOSES ET D'AUTRES : Pas si bêtes...

animaux, assemblée, coqs, chat, zombies

Officiel, gravé dans le marbre de la loi : les animaux sont "doués de sensibilité". Les députés ont définitivement tranché. Comme si ce n'était pas évident... Un bûcheron n'a pas de problème de conscience en abattant un arbre. Ce n'est pas le cas des ouvriers des abattoirs. Et si vous avez encore un doute, frappez un chien. Au mieux il fera "Kaï ! Kaï !", au pire il vous mordra. Une loi n'empêchera pas les actes de cruauté envers les animaux.

Dernier exemple en date avec les mésaventures d'une certaine Madeleine, dite Mado, brave agricultrice de Gaillac dans le Tarn. Depuis quelques jours, son élevage de coqs est décimé. Chaque matin elle trouve quelques-uns de ses plus beaux spécimens décapités. Des coqs élevés exclusivement pour un événement bien particulier. Vous avez certainement vu ces animaux à la télévision. Ce sont les gallinacés expédiés sur les terrains pendant un match des Bleus dans le Tournoi des VI Nations. Je soupçonne une fouine anglaise d'être la coupable...

Autre histoire de maltraitance, involontaire cette fois, en provenance de Miami. Le propriétaire d'un chat nommé Bart retrouve son animal de compagnie ensanglanté au bord de la route, fauché par une voiture. Il l'enterre, persuadé qu'il est mort. Cinq jours plus tard, un miaulement derrière la porte fait croire au pauvre homme être en présence du premier félin-zombie. Bart, un œil en moins, les blessures purulentes, n'était pas mort. Il est parvenu à sortir de sa tombe et à retourner chez lui.

Reste à déterminer maintenant si les zombies sont "doués de sensibilité". Messieurs les députés, au travail.

25/10/2014

BD : Le début de l'épidémie de zombies

vents d'ouest, romero, zombies, morts-vivants, istin, bonetti

La déferlante de zombies de ces dernières années n'aurait jamais eu lieu si un certain George A. Romero n'avait tourné, en 1969, un petit film d'horreur en noir et blanc et pour à peine 100 000 dollars, dans lequel les morts attaquaient les vivants. Si chaque série télé, film, livre ou BD utilisant des Zombies devaient lui verser un pourcentage, il serait assurément l'homme le plus riche du monde... Jean-Luc Istin, scénariste prolifique des éditions Soleil (notamment l'essentiel de la collection Celtic), avoue une véritable fascination pour ce film. Il s'est donc replongé lui aussi dans la « bible » du zombie et proposé sa vision de l'univers de Romero. Il a confié le dessin à Bonetti, un Italien habitué aux cadences infernales des comics américains. Une partie est fidèle : un frère et sa sœur vont fleurir la tombe de leurs parents et sont attaqués dans le cimetière. L'autre est plus imagée et spectaculaire : le mari et les enfants de la femme sont restés dans la grande ville et tentent de survivre dans une panique générale. Une BD terrifiante d'efficacité.

 

« La nuit des morts vivants » (tome 1), Vents d'Ouest, 14,50 €

 

11/04/2013

Chronique : Trois scénarios catastrophes d'une fin du monde exemplaire

 

fin du monde,atomique,virus,intelligence artificielle,bostrom,zombies

Il y a quelques mois, tout le monde ricanait grassement en glosant sur la fin du monde. Le summum de cette tartufferie avait pour cadre le petit village de Bugarach (photo Th. Meynier). Aujourd'hui, le monde tourne toujours. Mais les risques d'apocalypse demeurent d'actualité. Entre les rodomontades du dictateur nord-coréen et la désagrégation de l'État français après l'affaire Cahuzac, rien ne va plus.

Sur internet les théoriciens du « mondus interrompus » ne manquent pas d'imagination pour nous faire paniquer. Dernier prophète en vogue, Nick Bostrom, philosophe à Oxford. Très sérieusement, il émet les trois hypothèses les plus probables susceptibles de sonner le glas de l'Humanité.

Premier risque : l'hiver nucléaire. L'explosion de plusieurs bombes atomiques entraîne la formation d'un nuage opaque et filtre les rayons du soleil. Les températures chutent, les derniers humains n'y survivent pas. Autre possibilité, la guerre bactériologique. L'épidémie d'un virus élaboré par l'homme se propage à toute vitesse, plus rapide que la mise en place d'un vaccin. Enfin l'humain risque d'être supplanté par une intelligence artificielle devenue autonome. Dans tous les cas, le philosophe fait remarquer que cette apocalypse découle directement du savoir des hommes. En clair, nous sommes toujours des animaux, dépassés par nos inventions.

Une réflexion brillante mais un oubli essentiel : l'invasion des zombies. Si l'on en croit internet, ils restent le danger numéro 1...


Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue ce jeudi en dernière page de l'Indépendant.

01/02/2013

BD : avec "Geek Agency", ceci n'est plus un jeu

geek agency, jeu de rôle, zombies, Huet, Briones, ankama

Tout commence comme une véritable réunion de Geeks. Quelques amis entre 20 et 25 ans se retrouvent pour une nuit de divertissement. Au programme pizza et jeu de plateau. De zombies exactement. Chacun endosse la vie d'un personnage sous les directives d'un maître du jeu. Les premières pages sont distrayantes avec plaisanteries potaches et allusions graveleuses (il y a quatre garçons et deux filles dont une célibataire). Quand un second livreur de pizzas sonne à la porte tout le monde croit à une erreur. En fait c'est un zombie, un vrai, qui vient s'inviter au jeu qui n'en est plus un. Magie de la BD qui permet de tout faire accepter aux lecteurs. Romain Huet, le scénariste, s'autorise toutes les ellipses, distillant à toute petite dose les indices. Non ce n'est pas un cauchemar. Deux des joueurs sont des membres d'une agence secrète. Oui la Terre est véritablement envahie par des zombies et risque la destruction totale. Philippe Briones, le dessinateur, va lui aussi crescendo. Les zombies baveux du début laissent place au fil des planches à des monstres plus élaborés.

« Geek Agency » (tome 1), Ankama, 14,90 €


06/09/2012

Des affiches parodiques sur les pouvoirs secrets des présidents

abraham lincoln, vampires, de gaulle, zombies, parodie, affiches, chronique

Dans sa jeunesse, Abraham Lincoln était chasseur de vampires. Il n'y a que le cinéma hollywoodien pour  monter une super production sur cette simple phrase. Le film est sorti en France et a donné quelques idées à de facétieux internautes. Il suffit de modifier les deux termes forts du titre pour en faire un long-métrage « made in France ». Remplacez Lincoln par De Gaulle, les vampires par des zombies et imaginez à quoi pourrait ressembler le film « Charles de Gaulle, tueur de zombies ». En 1904, à Colombey, adolescent curieux et solitaire, le jeune Charles découvre, entre les deux églises, une crypte remplie de zombies. Il les combat férocement et entre en possession d'une machine à voyager dans le temps. Elle lui permettra d'écrire, dès 1905, un récit dans lequel il libère la France et devient chef de l'Etat. Cette même machine lui sauve la vie en 1962 au Petit-Clamart. Si un producteur est intéressé...

Parmi les autres films improbables aux affiches hilarantes, « Napoléon chasseur de dragons » ou  « Raymond Poincaré chasseur d'araignées ». Elles sont regroupées sur un site lancé par l'agence Roxane. Avec une petite rime, cela sonne mieux. Léon Blum est face à Gollum et Pétain à des lutins. Certains ont du lourd à affronter, Félix Faure face à des raptors, pour d'autres cela ressemble plus à une comédie comme ce « Bill Clinton dresseur de Pokemons ».  

Rien sur le président actuel. Attention, le premier qui propose « François Hollande chasseur de harpies » aura des ennuis, de gros ennuis ! 


Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue en dernière page de l'Indépendant de ce jeudi 6 septembre.

Plus aucun espoir, pub virale pour un jeu vidéo

no hope left, resident evil 6, jeu vidéo, plus d'espoir, zombies, chronique

« Il n'y a plus d'issue. Il n'y a plus d'espoir. » A quelques minutes de votre mort, quelles seraient vos dernières volontés, votre ultime message aux êtres aimés ? Une plate-forme internet permet de publier son testament virtuel. Mieux, toutes les chimères ou les biens dont vous avez toujours rêvés deviendront peut-être réalité.

Derrière cette idée un peu macabre se cache une campagne publicitaire pour le jeu vidéo Resident Evil 6, No Hope Left, lancé mondialement le 2 octobre. Lorsque le site affirme que l'espoir est vain, comme dans le jeu, vous êtes à coup sûr cernés de zombies affamés en train de baver sur votre chair rose et appétissante. « La mort est un passage obligé mais mourir à 18 ans avec une fringale ne me va pas » écrit Valentin. Plus ironique le dernier message de Jules « AAAAaaaargh! Je meuuuuurs (Mime de la mort à la Marion Cotillard puis dernier soupir.) ». Certains ont tourné de petites vidéos. Elles mettent en valeur (ou pas...) leur jeu d'acteur. 

Dans la catégorie « derniers cadeaux », le site annonce la couleur : « No Hope Left transforme vos rêves en réalité. » Certains ont des envies concrètes : « Une tablette surface Windows 8 (noire) m'arrangerait bien » pour Kévin ou « un T-shirt Resident Evil, taille L » pour Jérémi. Beaucoup plus difficile pour Michel : il désire « nager avec des dauphins en compagnie de Jessica Alba. ». Florence, elle, veut « rencontrer Mylène Farmer ». Avant ou après qu'elle se soit transformée en zombie ? 

Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue en dernière page de l'Indépendant le mercredi 5 septembre.